Toul

Historique de la ville de Toul

Toul est une cité de Lorraine vivante, culturelle et fleurie.

Idéalement située sur les axes du Grand Est, à deux pas de Nancy, Toul blottie contre son vignoble, surplombe la Moselle et le canal de la Marne au Rhin.

Capitale des Leucques, la ville antique connaîtra un bel essor économique durant la Pax Romana. Elle sera contrainte de se fortifier dès les premières invasions germaniques.

Evangélisée au IV° siècle, par Saint Mansuy, son destin était scellé : elle serait épiscopale ou ne serait pas ! Elle le fut pendant près de quatorze siècles au cours desquels l’Eglise disposera d’un pouvoir politique sans partage, assorti du plus vaste des Trois Evêchés, relevant du Saint Empire romain germanique.

En 1552, au terme de sa Chevauchée d’Austrasie, Henri II occupera la ville et renforcera, par la présence militaire constante, le rôle de place française de Toul.

Place forte de Toul ©Christophe Voegelé

Place forte de Toul
© Christophe Voegelé

L’enceinte antique, profondément remaniée au XIII° siècle, sera bastionnée par Vauban dès 1698, et complétée après la guerre de 1870, par le système Seré de Rivières qui fortifiera toutes les hauteurs environnantes de Toul.

La ville sera très durement touchée par les combats de Juin 1940.

Aujourd’hui, de son passé militaire, Toul conserve son 516ème Régiment du Train, ses remparts et ses portes que l’on peut tranquillement parcourir au pas d’un enfant.

De sa splendeur épiscopale, se dresse sa superbe cathédrale qui conjugue, dans une inépuisable leçon d’architecture comparée, le plan roman de sa construction, d’influence ottonienne, avec les gothiques rayonnant de sa nef et flamboyant de sa majestueuse façade.

Au cœur de la vieille ville ou subsistent de beaux témoignages architecturaux du XVè au XVIIIè siècle, le visiteur saura flâner dans les ruelles, aux noms qui intriguent ou déconcertent, et faire revivre le souvenir de quelques enfants de Toul à l’étonnante postérité.

L’amiral de Rigny commandant la flotte française à la bataille de Navarin. Le Baron Louis,  plusieurs fois ministre sous les deux Restauration.

Laurent de Gouvion-Saint-Cyr, Maréchal d’Empire, Ministre de la guerre et de la Marine sous la Restauration.

Bruno d’Eguisheim-Dabo, sera intronisé sous le nom de Léon IX, un pape voyageur promoteur de la paix en Europe.

Louis Majorelle, initié à l’Art Nouveau par Emile Gallé, sera l’un des fondateurs de l’Ecole de Nancy.

Notre Musée d’Art et d’Histoire, installé dans l’ancienne Maison Dieu mérite qu’on s’y attarde pour découvrir ses riches collections.

On prolongera le pas jusqu’à la collégiale Saint Gengoult, pour y admirer son cloître, pur joyau gothique.

Du Port de France, au fil de l’eau, sur les voies vertes, ou sur la Route des Vins et de la Mirabelle, le promeneur découvrira notre délicieux vin gris, associé au pâté lorrain, ou à la quiche.

Mais Toul attire aussi toutes celles et ceux qui, cherchent le calme et même la méditation.

Au cœur de la Lorraine, voilà qui incite au détour ; et ici plus qu’ailleurs la lumière sait se faire à la mesure du bonheur de ceux qui passent, et prennent le temps d’être eux-mêmes : précieuse patience !

Itinéraire des fortifications de Vauban à Séré-de-Rivières de la ville de Toul

Entre la cathédrale et la maison du tourisme, la poterne permet d’accéder jusqu’à la rue DROUAS en traversant les jardins de l’Hôtel de Ville (ancien palais épiscopal).

Devant vous la façade de la manutention, en 1842, le corps du génie construit dans différentes places, une caserne standardisée dite modèle 1843. Toul recevra un exemplaire dans le bastion en face de vous.

Le bastion est la clef de la défense, il est constitué par un talus de terre appuyé sur le mur intérieur du fossé, l’escarpe. Le talus constitue une plate-forme, la banquette, où est disposé le plus gros de l’artillerie de la place forte.

La sortie des eaux de la ville, jadis constituée de deux corps identiques de part et d’autre du rempart, seul ce petit bâtiment subsiste.

Remparts de Toul ©Meurthe et Moselle Tourisme

Remparts de Toul
© Meurthe et Moselle Tourisme

Le chemin qui longe le rempart offre la plus belle perspective  sur l’enceinte fortifiée. Un peu plus loin, après le deuxième bastion, la porte Moselle fut entièrement reconstruite en 1882 afin de bénéficier d’un passage plus large et de manœuvrer plus facilement les troupes et le matériel stocké à l’intérieur de la place.

En entrant dans la ville, découvrez un ensemble de casemates de 1884, constitué de travées à deux niveaux. Magnifiquement restaurées, elles abritent aujourd’hui la médiathèque.

Au nord de l’itinéraire, poursuivre  jusqu’au passage saint-claude et longer les casemates St Claude, au centre de cet alignement une poterne accède au fossé et à la demi-lune, ouvrage avancé, placé en alternance avec les bastions, elle masque la tenaille, permettant de prendre les assaillants sous le feu nourri des défenseurs de part et d’autre des bastions.

porte de Metz1

Porte de Metz
© Mairie de Toul

En prenant à droite pour longer le canal, vous arrivez à la porte de Metz, à l’origine porte royale, c’est l’unique porte subsistante dans son élévation d’origine. Elle est composée d’une porte encadrée par deux imposants pilastres à bossage supportant un fronton triangulaire.

Suivant votre temps, vous pouvez poursuivre par le musée d’Art et d’histoire proposant des collections de grande qualité : archéologie, beaux-arts, médiéval.

Close Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>