Saarlouis

Historique de la ville forteresse de Saarlouis

L'ïleVauban ©Mairie de Saarlouis

L’ïle Vauban
© Mairie de Saarlouis

La ville-forteresse de Sarrelouis a été édifiée en 1680 sur ordre de Louis XIV, qui voulait assurer la protection de la Lorraine occupée après le traité de Nimègue. Sarrelouis a été construite ex nihilo à partir du projet et des plans de Thomas de Choisy, sur une vaste étendue herbeuse située juste à côté de la Sarre afin d’intégrer le fleuve dans le système de défense.

Vauban, le célèbre architecte militaire, a élaboré le plan précis de la forteresse, achevée en 1685. En plus de porter le nom de son fondateur, la ville utilise encore aujourd’hui le blason choisi par Louis XIV, qui porte le symbole du Roi Soleil.

En 1697, le traité de Ryswick permet à la France de conserver Sarrelouis. En revanche, le deuxième Traité de Paris de 1815 transfère la ville-forteresse à la Prusse. Après la guerre franco-allemande, la forteresse ne présente plus aucune importance stratégique et perd finalement sa vocation militaire en 1889, avant d’être démantelée les années suivantes. Après ce démantèlement, la ville poursuit son expansion bien au-delà de ses limites d’origine et devient le centre économique et le pôle de prestation de services à la pointe de la modernité qu’elle est aujourd’hui.

L’usine Ford, installée à Sarrelouis, est l’un des principaux employeurs du Land de Sarre. Sarrelouis se distingue par son ambiance et son charme à la française, ainsi que par la symbiose réussie entre composants historiques et mode de vie résolument moderne.

Sarrelouis est la « capitale de cœur » du Land de Sarre et porte depuis 2006 le titre de « ville européenne » en raison de ses multiples activités internationales.

Les fortifications de la ville-forteresse de Saarlouis

Le plan de la forteresse de Sarrelouis adopte le principe de base d’un hexagone régulier avec un ouvrage à cornes dans la première manière de Vauban.

Wallgraben ©Mairie de Saarlouis

Wallgraben
© Mairie de Saarlouis

Sarrelouis a été conçue sous la forme d’une forteresse « à inondation », ce qui signifie que la Sarre pouvait être bloquée par un système de ponts-écluses afin de provoquer l’inondation des terrains et des fossés alentours.

Les ponts-écluses, composants remarquables de l’ouvrage à cornes d’origine, le « Bastion VI » et l’île de Vauban sont autant de témoins du passé français de la forteresse.

Les casemates, construites dans le cadre de l’expansion de la forteresse de 1824 à 1829 par les Prussiens et aujourd’hui transformées en restaurants et en bistrots, constituent une autre caractéristique surprenante de la ville.

La caserne VI, de 181 m de long, est aussi un vestige de cette époque prussienne, et abrite aujourd’hui le commissariat de police, le musée, les archives municipales et la bibliothèque.

Parc des fortifications ©Mairie de Saarlouis

Parc des fortifications
© Mairie de Saarlouis

Depuis quelques années, la ville accorde une plus grande importance à la rénovation et à la restauration de ses fortifications. Le parc « Ravelin V », actuellement en travaux, est ainsi destiné à expliquer à ses visiteurs la manière dont fonctionnait la forteresse de Sarrelouis en son temps. L’idée centrale de ce projet est de replacer les fortifications restantes dans leur perspective géométrique globale tout en donnant des informations à leur sujet. L’ensemble, avec le « Saaraltarm » et le parc municipal, donne un aperçu assez réaliste de la forteresse et offre un cadre privilégié aux nombreuses manifestations culturelles prévues.

Close Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>