Longwy

Historique de la ville de Longwy

Située à la frontière du Luxembourg et de la Belgique, Longwy fit face à des invasions successives en raison de sa position stratégique. Son origine remonte au Vieux Château installé à l’extrémité sud du promontoire dominant le confluent de la Chiers et de la Moulaine. Du Vème au IXème siècle, est fondée sur le site du  vieux château une ville haute fortifiée sous l’autorité des rois mérovingiens.

Du XIème siècle au milieu du XIIIème siècle , le comté de Longwy, propriété du duc de Lorraine Mathieu II comte de Bar, acquit une notoriété commerciale grâce aux marchands (tisserands, drapiers, tanneurs et banquiers lombards). Réunie définitivement au duché de Lorraine en 1480 sous René II, les fortifications de la ville et du château furent embellies jusqu’au milieu du XVIème siècle.

Lors de la guerre de 30 ans (1618-1648), les Suédois, les Polonais et les Croates investirent la Lorraine  et Longwy. En 1646, Longwy, dernière place forte propriété du duc de Lorraine, fut attaquée par les français et occupée jusqu’en 1660, date du traité des Pyrénées.

La Place forte  © Mairie de Longwy

La Place forte
© Mairie de Longwy

Par la suite, Léopold Ier, duc de Lorraine refusa le traité de Nimègue, traité signé en 1679 entre les Provinces Unies et la France qui mettait fin à la guerre de Hollande et qui stipulait le rattachement de Longwy à la France. Louis XIV décida d’annexer la place forte de Longwy et commanda ainsi à Vauban l’édification d’une ville neuve fortifiée en vue de défendre le maillon défensif du Nord-Est de la France. Cette place forte novatrice  fait partie des 9 villes construites « ex nihilo »par le célèbre ingénieur militaire et révèle  le mieux sa conception d’urbaniste humaniste. Longwy devint un poste de défense incontournable face à  la forteresse impressionnante de Luxembourg détenue par les Espagnols.

La ville subit plusieurs sièges. Les Prussiens et les Révolutionnaires s’affrontèrent en 1792. Puis, les troupes coalisées européennes combattirent les troupes de Napoléon Ier en 1813 et 1815. Longwy se rendit en 1871 face à l’armée prussienne de même qu’en 1914 (défendue par l’irréductible colonel Darche).

En parallèle, son développement de l’industrie minière et métallurgique fut sans précédent de 1818 jusque dans les années 70. Un très riche patrimoine architectural Art Déco conçu dans les années 1910 méritent le détour place du Général Leclerc.

Aujourd’hui, les fortifications de la place forte font  l’objet d’importantes restaurations. Longwy développe également depuis 1798 un savoir faire unique appliqué à ses émaux et faïences, renommée reconnue grâce au label qualité « Métiers d’Art ».

La place forte de Vauban

La Porte de France ©Jean-Luc Sacher

La Porte de France
© Jean-Luc Sacher

Edifiée selon un plan en hexagone à 6 bastions et demi-lunes,vous accédez à  la ville haute par la demi-lune de la porte de France, cernée de fossés et située entre deux bastions. Franchissez la porte monumentale dite « porte de France » munie d’un pont à bascule et d’un pont dormant. Tournée vers le royaume de France,  cette porte véritable arc de triomphe exalte la guerre et la grandeur du roi Louis XIV par son architecture abondamment sculptée de deux panneaux. De larges rubans s’enroulent autour d’attributs guerriers : flèches, cuirasses, carquois, casques, boucliers, tête de Méduse. A l’autre extrémité  se trouvait la porte de Bourgogne détruite lors du siège de 1914.

La place forte fut détruite  en grande partie lors du conflit de la première guerre mondiale. Quatre  bastions conservés vous permettent de découvrir le génie militaire de Vauban à travers un sentier de découverte. Faites ce voyage initiatique  et didactique en sillonnant les fortifications. Familiarisez-vous avec les termes d’architecture de demi-lune, avancée de la porte de France, glacis…

La Place Darche
© Mr Dimanche

Equipée de toutes les commodités d’une place de guerre, la Place d’Armes située au centre de la place forte dessert des bâtiments militaires insolites.  Parcourez la place forte et pénétrez dans  le Puits de Siège creusé dès 1679 d’un puits d’une profondeur de 60 mètres alimenté par deux sources.

Poursuivez par l’hôtel de ville qui possède une belle façade du XVIIIème siècle dans lequel vous pourrez admirer de belles voûtes d’arêtes et un grand escalier à retour décoré d’une rampe en fer forgé du XVIIIème siècle.

Un peu plus loin, l’église St-Dagobert bâtie aux frais du roi Louis XIV est dotée d’une tour vigie haute de 43 mètres.

La boulangerie militaire ©Mr Dimanche

La boulangerie militaire
© Mr Dimanche

Continuez par la boulangerie militaire érigée en 1753, conçue pour fabriquer du pain pour 5 000 hommes. Elle vous surprendra par son architecture composée de salles voûtées et d’un double escalier central. Le bâtiment abrite aujourd’hui le musée des fers à repasser et des émaux.

Passez devant les anciennes casernes, les magasins à poudre, les casemates.

 

Casemate en croix ©François Martig

Casemate en croix
© François Martig

La poudrière du bastion St-Martin vous étonnera par sa salle voûtée en forme d’ogive d’origine entourée de son enceinte transformée en galerie. Explorez la casemate en croix du bastion Notre Dame impressionnant de par sa taille (75 mètres de long sur 45 mètres de large).

Fort de son patrimoine fortifié aussi remarquable qu’exceptionnel, les fortifications de Vauban sont inscrites  depuis 2008 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Close Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>